Sélectionner une page

Dans cet épisode de podcast, J’ai reçu Y-Lan, une artiste spécialisée en lettrage, pour discuter de son parcours unique combinant entrepreneuriat et parentalité. Y-Lan partage ses expériences, ses défis et ses réussites, offrant une source d’inspiration pour tous ceux qui cherchent à équilibrer vie professionnelle et vie familiale. Découvre comment elle a transformé sa passion en une carrière florissante tout en élevant sa fille.

Y-Lan est une artiste en lettrage exceptionnelle, une maman dévouée d’une petite fille de 8 ans, et une entrepreneure passionnée. Son parcours est aussi unique qu’inspirant. Elle a réussi à transformer sa passion pour le lettrage en une carrière florissante, tout en jonglant avec les responsabilités de la parentalité.

Lorsque j’ai demandé à Y-Lan de se présenter, elle m’a répondu : « Je suis une artiste en lettrage, j’anime des ateliers en présentiel et en ligne, pour des particuliers ou pour des professionnels, et je produis aussi du contenu pour des marques. » Son engagement envers son art et sa détermination à transmettre son savoir sont palpables dès les premiers instants de notre entretien.

Y-Lan n’a pas toujours été dans le domaine artistique. En fait, elle a commencé sa carrière dans un tout autre secteur : « J’ai fait une école de commerce et j’ai plutôt bossé dans des grands groupes en tant que chef de projet informatique, autour de l’organisation et des processus. » Cette transition d’un monde corporatif structuré à une vie d’artiste indépendante témoigne de son courage et de sa capacité à suivre ses passions.

Le lettrage, pour ceux qui ne le savent pas, est un art qui consiste à dessiner des lettres. Bien que souvent associé à la calligraphie, le lettrage possède ses propres caractéristiques distinctives. Y-Lan explique : « Le lettrage, c’est l’art de dessiner les lettres. On va dire que c’est assez proche de la calligraphie, pour faire simple. J’utilise aussi ce terme. D’ailleurs, j’utilise souvent ‘calligraphie moderne’ aussi. »

La principale différence entre le lettrage et la calligraphie traditionnelle réside dans les outils utilisés et la technique. « J’utilise plus les feutres, par exemple, et pas la plume, » précise Y-Lan. Cette distinction peut sembler minime, mais elle change complètement l’approche et le rendu final des œuvres.

Au quotidien, Y-Lan se consacre principalement à l‘animation d’ateliers de lettrage, où elle partage son expertise avec enthousiasme. « Ce que j’aime vraiment, c’est transmettre. C’est ça qui est très important pour moi, » dit-elle. Cette passion pour l’enseignement et le partage est au cœur de son activité, qu’elle soit en présentiel ou en ligne. Ses ateliers ne sont pas seulement des cours techniques, mais aussi des moments d’échange et de créativité où chacun peut découvrir et développer son propre style.

Par son travail, elle continue de faire découvrir cette forme d’expression unique à un public toujours plus large, tout en conciliant avec brio sa vie professionnelle et sa vie familiale.

Le parcours d’ Y-Lan est un véritable voyage de transformation, passant d’une carrière dans le monde des affaires à une vie dédiée à l’art et à la créativité. Après avoir obtenu son diplôme d’une école de commerce, elle a travaillé pendant plusieurs années dans des grands groupes en tant que chef de projet informatique. « Moi, j’ai fait une école de commerce et j’ai plutôt bossé dans des grands groupes en tant que chef de projet informatique, plutôt autour de l’organisation et des processus, » me confie-t-elle.

Malgré une carrière stable et réussie, Y-Lan sentait que quelque chose manquait dans sa vie professionnelle. Sa passion pour l’art et le lettrage, qu’elle pratiquait en parallèle de son travail, ne cessait de croître. « J’avais beaucoup de pratiques artistiques à côté de mon métier : la musique, je suis chanteuse, etc. Et en fait, un jour, je me suis dit, j’ai peur d’avoir des regrets si je ne tente pas l’aventure artistique, » raconte-t-elle. Ce besoin de suivre son cœur et de ne pas avoir de regrets l’a poussée à envisager une carrière dans l’art.

"Un jour, je me suis dit, j'ai peur d'avoir des regrets si je ne tente pas l'aventure artistique.”

Ce qui rend son parcours encore plus remarquable, c’est qu’elle n’avait pas de précédent entrepreneurial dans sa famille. « Je n’ai pas d’entrepreneur dans ma famille, je n’ai pas la fibre entrepreneuriale, et c’est plus le côté artistique qui m’a attirée au départ, » explique Y-Lan. Elle a donc dû non seulement apprendre à transformer sa passion en métier, mais aussi à naviguer dans le monde de l’entrepreneuriat sans modèle familial direct.

Le passage d’Y-Lan à l’entrepreneuriat ne s’est pas fait du jour au lendemain. Il a été le fruit d’une série de réflexions profondes et de bilans personnels. « Le bilan qui a tout changé, c’est… ça s’appelle Switch Collective. C’est un bilan qui se fait en groupe. Je crois qu’on était un groupe de 20 personnes, je dirais. Donc ça, je l’ai fait en 2017, » se souvient-elle. Ce bilan collectif lui a permis de prendre conscience de son désir d’explorer pleinement sa part artistique.

"J'avais été, du coup, plusieurs fois dans des démarches de bilan de compétences. C'était un truc que j'avais l'habitude de faire, tous les deux-trois ans, me poser et puis faire un bilan."

Un autre moment décisif dans son parcours a été un entretien avec son manager. « Je me souviendrai toujours du moment où j’avais un entretien avec mon manager… je lui ai dit, attends, stop, stop, j’ai besoin de te dire un truc. En fait, je vais poser un congé sabbatique, » raconte Y-Lan. Cette décision audacieuse a marqué le début de son aventure entrepreneuriale. Prendre un congé sabbatique lui a donné le temps nécessaire pour se consacrer pleinement à son projet artistique et évaluer ses possibilités.

Pendant cette période, Y-Lan a également découvert des opportunités insoupçonnées au sein de son entreprise. « Quelqu’un m’a parlé d’une cellule qui existait d’aide à la création d’entreprises. Ça, c’est un peu la magie des grands groupes, » partage-t-elle. Grâce à cette aide, elle a pu préparer son départ et obtenir un soutien financier pour lancer son entreprise.

Ces moments de réflexion et de préparation ont été essentiels pour Y-Lan. Ils lui ont permis de passer de l’idée à l’action, en transformant ses passions artistiques en une carrière d’entrepreneure accomplie. Son histoire est un témoignage inspirant de la puissance de la détermination et de la volonté de suivre ses rêves, même face à l’inconnu.

Lancer une entreprise tout en étant parent d’un jeune enfant est un défi de taille. Y-Lan a pris la décision de se lancer dans l’entrepreneuriat alors que sa fille n’avait que trois ans. « Quand je me suis lancée, ma fille avait trois ans, » me confie-t-elle. Cette décision courageuse a nécessité une organisation rigoureuse et une capacité à jongler avec de multiples responsabilités.

Un des principaux défis a été de trouver le bon moment pour se lancer. Y-Lan partage : « Déjà, question numéro un, avec un enfant de trois ans, est-ce le bon moment pour se lancer ? Après la réponse est assez claire, il n’y a jamais un bon moment. » Cette réflexion met en lumière la réalité de nombreux parents entrepreneurs : il n’y a jamais de moment parfait pour prendre des risques et poursuivre ses passions.

"Il y a beaucoup de magie, je trouve, dans la vie d'entrepreneur, parce que je sais que c'est des opportunités.”

Pour Y-Lan, le soutien de son entourage a été crucial. Ce soutien lui a permis de se concentrer sur le développement de son entreprise tout en assurant le bien-être de sa fille.

La pandémie de COVID-19 a posé des défis supplémentaires pour Y-Lan, comme pour de nombreux entrepreneurs. La fermeture des écoles et les mesures de confinement ont profondément affecté son activité et son quotidien familial. « Pendant le COVID, mon mari était en télétravail. Il était très souvent en réunion. Et là, du coup, j’ai pris sur moi alors que mon activité commençait à bien démarrer, » raconte-t-elle.

Avec sa fille à la maison, Y-Lan a dû adapter son emploi du temps pour concilier travail et vie familiale. « Mon mari travaillait jusqu’à 7 heures… Et moi, du coup, je commençais à travailler à 7 heures, » se souvient-elle. Cette réorganisation a été épuisante, mais nécessaire pour maintenir son entreprise à flot.

Malgré les difficultés, Y-Lan a réussi à tirer parti de la situation en lançant de nouvelles offres adaptées aux besoins de la période. « J’ai même sorti une formation spéciale COVID, parce que c’était une formation de lettering pour enfants, où les parents faisaient avec leurs enfants, » explique-t-elle. Cette capacité d’adaptation lui a permis de continuer à engager sa communauté et à développer son activité malgré les contraintes imposées par la pandémie.

La réussite d’Y-Lan en tant qu’entrepreneure ne s’est pas faite du jour au lendemain. C’est le fruit d’un travail acharné, de persévérance et d’une capacité à s’adapter aux défis rencontrés. « J’ai assez vite fait un premier atelier… Ça s’est super bien passé, j’ai adoré faire ça, » se rappelle-t-elle. Ce premier succès a confirmé son amour pour la transmission de son art et l’a encouragée à développer davantage son activité.

Y-Lan a également su diversifier ses offres pour toucher différents publics. « Je fais des ateliers en présentiel ou en ligne, pour des particuliers ou pour des pros, et je produis aussi du contenu pour des marques, » explique-t-elle. Cette diversité lui a permis de créer plusieurs sources de revenus et de ne pas dépendre d’un seul segment de marché.

Un autre facteur clé de sa réussite est sa capacité à rester flexible et à ajuster ses plans en fonction des opportunités et des défis. « Comme je suis à fond là-dedans, je me dis, allez, je vais tester et faire des ateliers… et ça m’a confortée dans cette idée, » partage-t-elle. Cette approche proactive et expérimentale a été essentielle pour faire croître son entreprise de manière organique et durable.

"C'était plus pour... au départ je voulais faire un long voyage, et puis finalement, tu vois, j'ai changé de voyage, un voyage intérieur.”

Un des éléments les plus déterminants dans le succès de Y-Lan a été son adoption précoce de la formation en ligne. Avant même que la pandémie ne rende cette méthode incontournable, elle avait déjà identifié le potentiel de ce format pour atteindre un public plus large. « J’ai réussi à sortir ma première formation en ligne en 2019, juste avant la période COVID, » raconte-t-elle. Cette anticipation lui a permis de tirer parti de l’augmentation de la demande pour les formations en ligne pendant la pandémie.

Les formations en ligne ont non seulement aidé Y-Lan à partager ses compétences avec une audience mondiale, mais elles ont également joué un rôle crucial dans la stabilisation de ses revenus. « En 2020, la formation en ligne, ça a explosé… j’ai surfé sur la vague, » explique-t-elle. La capacité d’offrir des cours en ligne a non seulement été une source de revenus fiable, mais elle a également renforcé sa réputation en tant qu’experte dans le domaine du lettrage.

En outre, Y-Lan a continué à investir dans son développement professionnel, notamment en faisant appel à un coach. « Je me suis fait accompagner… J’ai trouvé un coach qui m’a aidé aussi à régler plein de choses, » confie-t-elle. Ce soutien lui a permis d’optimiser ses stratégies de vente et de marketing, renforçant ainsi la croissance de son entreprise.

Trouver un équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle est un défi constant pour tout entrepreneur ( d’autres témoignages ici ou ici), et Y-Lan n’échappe pas à cette règle. Sa capacité à gérer son temps et à rester organisée est un facteur clé de son succès. « J’avais assez vite décidé que c’était vraiment mon temps de travail, mon périmètre à moi, » explique-t-elle. En se fixant des horaires de travail clairs, elle a pu maintenir une séparation saine entre ses responsabilités professionnelles et familiales.

Y-Lan a également fait preuve de flexibilité dans son organisation. « Typiquement, je ne me suis pas dit, ah ben tiens, je vais la chercher tous les jours à 16h30… En fait, je faisais comme si j’avais quand même des horaires, » raconte-t-elle. Cette approche lui a permis de consacrer du temps de qualité à son travail sans sacrifier ses obligations familiales. Elle a également appris à adapter son emploi du temps en fonction des besoins de sa fille et des exigences de son entreprise.

Les périodes de forte demande, comme pendant le COVID-19, ont nécessité des ajustements supplémentaires. « Pendant cette période, je ne sais plus si c’était exactement pendant ou peut-être juste après le Covid, je me suis fait accompagner… Ça m’a vraiment aidée, » se souvient-elle. En s’entourant de professionnels pour optimiser ses méthodes de travail, Y-Lan a pu maintenir son efficacité tout en s’occupant de sa famille.

Le soutien de la famille joue un rôle crucial dans la réussite d’Y-Lan. Son mari, également chef de projet, a été un pilier de stabilité et d’encouragement. « Heureusement, j’avais ce soutien-là parce que je sais que ce n’est pas toujours évident. Lui, il est salarié, il est aussi chef de projet, » souligne-t-elle. Avoir un conjoint compréhensif et soutenant a permis à Y-Lan de se concentrer sur le développement de son entreprise sans se sentir coupable de négliger ses responsabilités familiales.

De plus, Y-Lan a su créer un environnement de travail adapté à ses besoins et à ceux de sa fille. « Il y a eu cette période qui était assez marrante… c’était un bureau collectif, » raconte-t-elle en se remémorant l’époque où elle travaillait dans un espace partagé près de chez elle. Cette solution lui a permis de travailler efficacement tout en restant proche de sa fille, qui pouvait l’accompagner et découvrir le monde entrepreneurial de sa mère.

Depuis son déménagement à la campagne, Y-Lan a dû s’adapter à un nouveau cadre de vie, mais elle a su maintenir un équilibre entre travail et vie personnelle. « Le mercredi matin, ça dépend… soit j’ai pas trop de travail avec elle, soit j’ai vraiment du travail. Et dans ce cas-là, la solution que j’ai trouvée, c’est que dans mon bureau, j’ai deux très grandes tables, » explique-t-elle. Cette organisation lui permet de travailler tout en restant disponible pour sa fille, renforçant ainsi leur lien familial tout en poursuivant ses ambitions professionnelles.

L’un des conseils les plus précieux qu’Y-Lan partage avec les mamans entrepreneures est d’écouter leurs passions. « J’avais peur d’avoir des regrets si je ne tentais pas l’aventure artistique, » explique-t-elle. Suivre ses passions a été un moteur essentiel dans son parcours entrepreneurial, lui permettant de transformer une activité artistique en une carrière épanouissante.

Y-Lan souligne l’importance de reconnaître ce qui vous fait vibrer et d’oser suivre cette voie, même si cela implique de sortir de sa zone de confort. « Ce que j’aime vraiment, c’est transmettre. C’est ça qui est très important pour moi, » dit-elle en parlant de ses ateliers de lettrage. En s’engageant pleinement dans ce qui la passionne, Y-Lan a trouvé une source d’énergie et de motivation qui a été essentielle pour surmonter les défis et persévérer dans son entreprise.

Pour réussir en tant qu’entrepreneure, il est également crucial de ne pas avoir peur des risques. Y-Lan le sait bien, ayant quitté un emploi stable pour se lancer dans une aventure incertaine.

Elle insiste sur le fait que prendre des risques calculés est nécessaire pour avancer et grandir. « Il n’y a jamais un bon moment, » dit-elle en parlant de la décision de se lancer tout en étant mère. L’important est de se préparer au mieux, de faire des bilans réguliers de compétences et de s’entourer de soutiens, qu’ils soient familiaux ou professionnels.

"L'effet déclencheur, c'est ça. C'est l'envie de passer à autre chose, enfin pas passer à autre chose, mais de tester ce qui était plutôt de la passion que du travail.”

Y-Lan rappelle également que l’échec fait partie du processus entrepreneurial et qu’il ne faut pas en avoir peur. « J’étais sur cette découverte de cet univers magique de la formation en ligne… Je me suis lancée dans ce blog, » partage-t-elle. Chaque étape, même les moins réussies, a contribué à son apprentissage et à son développement. En ne craignant pas les risques, Y-Lan a pu transformer des obstacles en opportunités.

L’histoire d’Y-Lan est une source d’inspiration pour toutes les mamans entrepreneures. Elle démontre que suivre ses passions et ne pas avoir peur des risques peuvent mener à une carrière épanouissante tout en étant une mère présente et engagée. En équilibrant vie professionnelle et vie personnelle, Y-Lan a su créer un environnement où elle peut s’épanouir sur tous les plans.

Tu peux retrouver Y-Lan sur Youtube et Instagram:

Instagram : https://www.instagram.com/letteringcreatif/

Youtube https://www.youtube.com/letteringcreatif

Et sur son site : letteringcreatif.com

Inscrit toi à ma newsletter pour recevoir mes dernières actualités et conseils. Et bien sûr, va soutenir et commenter l’épisode du podcast TUBA sur toutes les plateformes , abonne toi pour ne rien manquer !

Merci d’avoir lu cet article, et à bientôt pour de nouvelles inspirations entrepreneuriales !